haut de page
agrandir le texte retrecir le texte

Deux motions pour les transports

La Municipalité soutient les motions suivantes, adoptées par le Conseil communautaire du Val d’Yerres Val de Seine

Motion contre le report de projet Nexteo

Considérant la priorité absolue accordée aux transports du quotidien depuis 2016 par Régions Ile-de-France et ile de France Mobilités, dans une région ayant subi 30 années de sous-investissement avec un réseau vétuste qu’l faut impérativement moderne et développer pour améliorer le service aux voyageurs

Considérant que la Région le-de France concentre 70% du trafic national de la SNCF et a par ailleurs connu une croissance de 15% du nombre de déplacements en transports en commun entre 2010 et 2018, atteignant 9,5 millions de voyageurs par jour ;

Considérant la poursuite de la croissance démographique de l’ile-de France qui accueille chaque année 60 000 nouveaux habitants, dont beaucoup s’installent en petite et grande couronne, accentuant la pression sur nos lignes de RER et de Transilien

Considérant la situation très particulière des lignes de RER D, qui accueillent 1,6 millions de voyageurs par jour et font l’objet depuis 2016 d’une politique volontariste d’accélération des Investissements et de lancement d’un plan massif de renouvellement des matériels roulants pour faire remonter la régularité actuellement inférieure 90%

Considérant que, pour améliorer la régularité très insuffisante a heure actuelle de ces RER, le projet Nexteo est indispensable ;

Considérant que le projet Nexteo permet d’ajouter un troisième train au quart d’heure. Soit 8000 voyageurs de plus par heure, sur la branche de Melun du RERD

Considérant l’engagement de la Région Ile de France pour financer ce projet et l’approbation par Île-de-France Mobilités lors de son conseil d’administration de juillet 2019 de l’avant-projet et du lancement de l’appel d’offre industriel ;

Considérant la décision unilatérale de SNCF Réseau de repousser l’appel d’offre du projet Nexteo compte tenu de doutes sur sa capacité à le réaliser dans des conditions suffisamment maîtrisées, notamment en matière de ressources internes d’ingénierie

Considérant que ce projet Nexteo ne serait désormais entrepris, compte tenu de ce report et des tensions sur les effectifs de SNCF Réseau qu’après la réalisation des travaux du CDG Express et des travaux de Roissy-Picardie, alors même que ces projets ne répondent pas a une urgence pour les transports du quotidien ;

Le Conseil communautaire du Val d’Yerres Val de Seine Interpelle la SNCF, l’Etat qui en est la tutelle et les parlementaires pour qu’ils prennent leurs responsabilités et reviennent instamment sur cette décision incompréhensible de report du projet Nexteo pour les RER B et D, décision en totale contradiction avec les discours officiels du gouvernement sur la priorité donnée aux transports du quotidien.

Motion pour le soutien de l’État aux transports franciliens

La Région Ile de France concentre 70 % du trafic national de la SNCF et a connu une croissance de 15% du nombre de déplacements par transports en commun entre 2010 et 2018, atteignant 9.5 millions de voyageurs par jour.

Considérant que le Gouvernement a imposé à Île de-France Mobilités (IDFM) de maintenir une activité soutenue pendant toute la période de la crise sanitaire liée au Covid-19, alors même que le confinement entrainait une baisse considérable du nombre de voyageurs ;

Considérant qu’IDFM a ainsi perdu environ 2,6 milliards d’euros en 2020, un milliard au titre du versement mobilité des entreprises et 1,6 milliard au titre des pertes de recettes voyageurs, et que cela représente une perte de près de 26% de ses recettes annuelles !

Considérant qu’IDFM ne peut emprunter une telle somme pour financer des dépenses de fonctionnement ;

Considérant que la seule solution qui pourrait en découler serait une hausse substantielle, à hauteur de 15 à 20 euros, du prix du Navigo mensuel ;

Considérant que cette hypothèse est inacceptable et même indéfendable parce qu’elle amputerait gravement le pouvoir d’achat des Franciliens au moment même où ils rencontrent des difficultés et qu’elle pèserait aussi fortement sur les finances des entreprises qui devraient verser à leurs salariés 1,3 milliard d’euros de remboursement employeur alors qu’elles ont au contraire besoin d’être soutenues

Considérant que le Président de la République s’était engagé à ce que l’Etat supporte les conséquences de la crise sanitaire « quoi qu’il en coûte » et à soutenir les publics les plus fragiles.

Le Conseil communautaire du Val d’Yerres Val de Seine demande à l’Etat de ne pas laisser les transports publics franciliens en situation de cessation de paiement et de compenser intégralement les pertes de recettes d’IDFM liées à la crise sanitaire pour éviter que les voyageurs franciliens aient à combler les déficits qui en ont découlé.

Accueil | Informations légales | Crédits | Plan du site | Flux RSS | | Accès malvoyant